Mise à jour le 26/06/03
                

DES FORMES
DANS LA PIERRE
QUI DÉRANGENT.

Par Yvon Leclerc

chercheur,
Institut international du Paléozoïque.



 


fig.1
Fossile de trilobite confondu à la pierre


 


fig.2
Fossile de gastéropode de la couleur de la pierre


 


fig.3
Agnathes ( poisson ) trouvé au Pérou


 


fig.4
Formes animales trouvées dans la pierre


 


fig.5
Formes animales trouvées dans la pierre


 


fig.6
Formes animales trouvées dans la pierre


 


fig.8
Agnathes ( Arseneaulaspis ) trouvé en 8 exemplaires


 


fig.9
Frottis d'une coupe longitudinale de la tête de l'Arseneaulaspis


 


fig.10
Lame mince de la coupe longitudinale de la tête de l'Arseneaulaspis

1. Les fossiles peuvent avoir différentes apparences. Dans certains cas, on peut trouver des fossiles qui prennent la couleur même de la pierre. On peut voir dans "La grande Encyclopédie des Fossiles", publiée par Gründ, Paris, 1988, p. 359, des trilobites ( figure 1 ) qui ont pris la couleur rouge comme la pierre. Ce gastéropode ( figure 2 ) trouvé dans la région de Trois-Rivières a pris la couleur grise du calcaire de Trenton 460 M.A. ). Ces formes sont connues de la communauté scientifique. On ne se préoccupe pas de leur couleur ou du pourquoi de ce genre de fossilisation. Mais si on n'avait pas connu ces formes, est-ce qu'elles seraient reconnues comme fossile ?

2. À cette période, soit de 460 millions d'années, on ne connaît vraiment pas grand-chose des vertébrés, à part un spécimen trouvé en sept exemplaires ( le sacabampasbis janvieri ), dont le découvreur Pierre-Yves Gagnier, mentionne, dans une émission diffusée par Radio-Canada "Découverte, 22 avril 1990" : "Pour ce qui est de l'intérieur du fossile, on n'en connaît strictement rien. La communauté scientifique est toujours très sceptique lorsqu'il s'agit de vertébrés à l'ordovicien ( 460 M.A. ). C'est trop vieux et on tombe dans des formes mal connues et difficilement interprétables".

3. Est-ce que l'on connaît bien tous les types de fossilisation ?

4. Lors de sorties dans une carrière de la région de Trois-Rivières, plusieurs formes dans la pierre ont été découvertes ( figures 3-4-5-6 ). Ces formes sont extrêmement intéressantes puisqu'elles ont les côtés gauche et droit identiques, et même, on pourrait les associer à des formes animales dûes à la répétition des formes le long d'axe central. La question est : comment le savoir ?

5. Prenons comme hypothèse qu'il y aurait eu des vertébrés ayant des os différents de ceux que l'on connaît, soit des os non vascularisés qui auraient été constitués de cristaux d'aragonite et de carbonate de calcium. Ces minéraux, après fossilisation, donnent des calcites purs, dûs au fait que les cristaux d'aragonite sont instables, se changent en carbonate de calcium, qui se transforme en calcite. Les dépôts de ces carrières sont des calcites. Est-ce que ça ne viendrait pas expliquer pourquoi on a des formes animales dans la pierre qui ont la même couleur grise que les dépôts ? La forme animale est mise à jour dûe au plan de faiblesse du dépôt lors du dynamitage. Des analyses chimiques portent à croire que cette hypothèse serait très valable.

6. La question qui se pose: est-ce que ce sont des formes animales en trois dimensions ?

7. Pour le savoir, une coupe est effectuée dans la pierre, sur l'axe central sagital de la forme animale ( Arsenaulaspis Quebecis figure 6 ) trouvée en sept exemplaires dans la même carrière. Par la suite, la coupe est polie et mise dans l'acide muriatique en prenant pour acquis que, s'il y a un corps étranger dans cette pierre, les structures internes nous seront dévoilées par l'acide. Un frottis de la coupe est produit ( figure 7 ), transféré sur acétate et mis en position réelle. Plusieurs coupes peuvent être effectuées. On peut comparer le frottis avec cette lame mince ( figure 8 ) prélevée sur la même forme animale.

8. En plus, des frottis des cassures de la forme animale sont effectués et mis en position réelle. Ce spécimen nous révèle des formes animales intérieures et extérieures ; mais plus encore, les caractéristiques d'un agnathe ( bouche sans mâchoire ). L'Arsenaulaspis Quebecis est un exemple d'une forme animale méconnue à ce jour, mais qui possède les caractéristiques de plusieurs groupes connus.

9. Toutes les autres formes trouvées ( figures 3-4-5 ) sont à l'étude. Ces autres formes semblent révéler les mêmes phénomènes de fossilisation mentionnés ci-haut. Les vertébrés seraient apparus beaucoup plus tôt que l'on croit. D'autres spécimens ont été étudiés et présentés dans le volume "Premier voyage au coeur de la pierre" déposé lors de la présentation d'un "Poster", au VIIe Symposium international sur les vertébrés inférieurs en 1991. Ces études présentées à ce congrès vont dans le même sens et d'autres preuves s'accumulent depuis ce temps.

10. Certains paléontologues et géologues reconnaissent que l'on peut trouver des rides marins ou traces de vent dans les roches métamorphiques ( paragneiss ). Mais si on prend l'hypothèse de l'existence d'animaux dans ces périodes, est-ce qu'il ne faudrait pas chercher dans ces roches anciennes des empreintes fossiles ? S'il y avait eu des os à ces périodes plus lointaines, ils seraient cuits dans la pierre, ou du moins, une apparence de fossilisation différente de ce que l'on veut trouver.

11. En admettant que la Terre a 4,6 milliards d'années, en acceptant les théories de l'évolution et en considérant que les vertébrés sont plus vieux que l'on croit, l'histoire de la Terre serait-elle la même ?

12. En 1950, la Terre avait 2 milliards d'années, en 1993, 4,6 milliards. En l'an 2000, 8-10 milliards d'années ?

13. Actuellement, 90% de l'histoire de la Terre est avant 600 M.A. On ne sait pas grand-chose de l'histoire. Il y a beaucoup de place pour de nouvelles découvertes...

 

 


Références :

Leclerc, Yvon (1993) Les vertébrés avant l'heure. Conférence à la Société de biologie de Montréal, 12 oct.

S. Conway Morris, H.B. Whittington (1985) Les fossiles des schistes de Burgess, Commission géologique du Canada, ISBN 0-660-91581-2, 32 p.

Giraud, Marc (1988) Voici l'ancêtre des ancêtres. Science et Vie avril, p. 52-53.

Leclerc, Yvon (1993) Voyage au coeur de la pierre. Conférence à la SPGQ 19 juin.

La grande Encyclopédie des fossiles, publiée par Gründ, Paris, 1988, p. 359.

Radio-Canada (1990) Émission "Découverte" 22 avril

Leclerc, Yvon (1991) Premier voyage au coeur de la pierre. Édité par la Société Scientifique Parallèle inc., 137 p. ISBN 2-921344-00-9.

7 th International Symposium, Studies of early vertebrates, abstracts, Editors : Daniel Vézina and Marius Arsenault Parc de Miguasha 1991.

Leclerc, Yvon (1991) Premier voyage au coeur de la pierre. SPECTRE, APSQ, Volume 20-Numéro 4.

VIIe Symposium International, Étude des vertébrés inférieurs, résumés, Éditeurs : Daniel Vézina et Marius Arsenault Parc de Miguasha 1991.

 


REVUE DIALOGUE SCIENTIFIQUE..., VOL. : 1, N°. :1, HIVER 1994
Publiée par la Société Scientifique Parallèle inc..
ISSN 1195-9967


Publié sur ce site avec l'accord de l'auteur, M. Yvon Leclerc.
Adresse originale :
http://www.geocities.com/CollegePark/Union/3039/24.html
Site :
http://www.geocities.com/CollegePark/Union/3039/0.html


Suite...
Les Bolas Grandes du Costa Rica, par Yvon Leclerc

 


L'évolution      La Bipédie Initiale      Abel      Les fossiles d'hominidés impossibles      Les empreintes d'hominidés impossibles      Les Burdigaliens du Serre de Brigoule      Les Dinosaures impossibles      Les objets fossiles impossibles      L'échelle des temps géologiques



Retour Paléontologie




Sommaire     Les "news"     Les Hérétiques      Archéologie     Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    



Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2010 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee wanadoo.fr