Mise à jour le 30/11/02
        

Le colloque de Pocantico.

29 septembre - 4 octobre 1997


Participants

Participants ( de la gauche vers la droite ) :
T. Holzer, V. Eshleman, M. Rodeghier, J. Schuessler, H. Melosh, J. Jokipii, H. Puthoff, D. Pritchard, P. Sturrock, C. Tolbert, F. Louange, L. Rockefeller, J.J. Velasco, I. von Ludwiger, H. Diamond, M. Sims, J. Vallée, B. Haisch, B. Veyret, R. Haines, M. Swords, J. Papike, G. Reitz, E. Strand


"L'étude du phénomène OVNI est légitime !"


Le projet des travaux de ce qui deviendra le colloque de Pocantico a été initié en décembre 1996 par M. Laurance S.  Rockefeller, président de la Fondation L.S. Rockefeller et M.  Peter Sturrock, professeur de physique appliquée à l'université Stanford.

Partant du constat qu'en ce qui concerne les OVNI, l'ignorance et la confusion dominent, le meilleur moyen de sortir de l'impasse consiste à impliquer un nombre de plus en plus important de scientifiques.

A cette fin, il fut décidé de mettre en place un atelier organisé par la "Society for Scientific Exploration" au cours duquel 8 enquêteurs présenteraient leurs travaux devant un panel de 8 scientifiques composant le comité directeur et de 9 scientifiques de différentes spécialités formant la commission, pour juger de la légitimité de l'étude des OVNI.


Résumé

Abstract

"Le but de ces 4 jours d'atelier fut d'examiner les prétendues preuves matérielles associées aux OVNI afin d'évaluer si la poursuite de la collecte et l'étude de ces preuves pouvait aider à résoudre le problème OVNI, à savoir, déterminer la ou les causes de ces comptes rendus.

Sept enquêteurs en ufologie présentèrent diverses preuves matérielles associées, d'après leurs affirmations, aux observations d'OVNI :

Les enquêtes sur un phénomène récurrent se produisant dans la vallée d'Hessdalen en Norvège furent également présentées.

Le comité d'étude était composé de 9 scientifiques spécialisés dans différents domaines. Le comité formula des commentaires et des critiques sur les enquêtes présentées, et prépara également un résumé de ses conclusions dont voici les éléments-clés :

  • Après étude des cas présentés par les enquêteurs, le comité conclut que quelques incidents pourraient être dus à un phénomène rare mais significatif tel une activité électrique ( voir les Farfadets ), mais qu'aucune preuve convaincante ne démontrait l'existence ni de phénomènes physiques inconnus, ni de lien avec une intelligence extraterrestre.

  • Le comité conclut cependant qu'il serait très utile d'étudier attentivement les comptes-rendus d'OVNI car l'examen d'observations inexpliquées permettraient aux scientifiques d'accroître leur savoir.

  • Cependant, pour être crédible, de telles recherches devaient être menées de manière objective et permettre l'analyse de toutes les hypothèses.

  • Le meilleur moyen de parvenir à une évaluation significative des hypothèses pertinentes passait par l'examen des preuves matérielles.

  • L'évolution des connaissances scientifiques et des possibilités techniques actuelles augmentaient les chances d'avancées notables, par rapport à l'époque du Projet Colorado qui mena au Rapport Condon il y a trente ans, comme le montre le projet de recherche, modeste mais efficace, de l'Agence Spatiale Française, le CNES.

  • "

Note : les liens renvoient au document complet, en anglais, sur le site américain.
Cliquez sur le drapeau français pour accéder à la traduction française.

Table des matières du rapport :   Traduction en français

Preface, P.A. Sturrock.  //   Traduction en français

  1. Summary report of the Scientific Review Panel  //   Traduction en français

  2. Introduction  //   Traduction en français

  3. Photographic Evidence  //   Traduction en français

  4. Luminosity Estimates  //   Traduction en français

  5. Radar Evidence  //   Traduction en français

  6. Hessdalen Project  //   Traduction en français

  7. Vehicle Interference  //   Traduction en français

  8. Interference with Aircraft Equipment  //   Traduction en français

  9. Apparent Gravitational and/or Inertial Effets  //   Traduction en français

  10. Ground Traces  //   Traduction en français

  11. Injuries to vegetation  //   Traduction en français

  12. Physiological Effects on Witnesses  //   Traduction en français

  13. Analysis of Debris  //   Traduction en français

  14. Recommendations Concerning Implementation  //   Traduction en français

  15. Documentation annexe sur le site Web de la SSE

Annexes :

  1. Official UFO Investigation in France : the GEPAN/SEPRA Project, F. Louange et J.J. Velasco. Traduction en français

  2. Procedures for Analysis of Photographic Evidence, F. Louange. Traduction en français

  3. Formation Flying, V.R. Eshleman. Traduction en français

  4. Electromagnetic-wave Ducting, V.R. Eshleman.

  5. Sprites, V.R. Eshleman. Traduction en français
    ( voir également sur ce site les Farfadets )

  6. SETI and UFO Investigation Compared, V.R. Eshleman. Traduction en français

  7. Further Thoughts on SETI and UFO Investigations, F. Louange.

  8. Scientific Inference, P.A. Sturrock.


Pour en savoir un peu plus, le site du
" Journal of Scientific Exploration"
ou bien,
"Society for Scientific Exploration"


Pour en savoir un peu plus sur l'ouvrage de M. Peter Sturrock, "The UFO Enigma", dans lequel se trouve l'intrégrale du rapport Pocantico :
Main book page
Hardcover press release
Hardcover photo gallery
Hardcover 1st chapter
Peter Sturrock bio
AND the links for the paperback:
Main book page
Paperback 1st chapter
Version Française,
traduction et préface de M. Gabriel Veraldi,
édité aux Presses du Châtelet.
4ième de couverture :
"Depuis les premiers déferlements de soucoupes, en 1947, le phénomène ovni préoccupe, qu'ils l'avouent ou non, scientifiques et responsables, tant politiques que militaires. Et la divulgation d'informations controversées, tel le célèbre Rapport Condon, n'a depuis fait qu'aiguiser davantage la curiosité et les doutes...
Laurance S. Rockefeller, un mécène, a voulu en avoir le coeur net. Il a donc demandé à l'un des astrophysiciens américains les plus éminents, Peter Sturrock, de réunir un panel de scientifiques de haut niveau, parmi lesquels quatre Français, pour faire le point sur cette énigme.
D'une extrême rigueur, cette synthèse n'a pourtant rien d'ennuyeux : on y rencontre des chercheurs passionnés - comme Jacques Vallée, le "Frenchman" du célèbre film de Spielberg, Rencontres du troisième type -, qui dissèquent les cas d'ovnis les plus frappants des cinquante dernières années.
La réponse des scientifiques réunis par Sturrock est on ne peut plus claire : oui, il existe des phénomènes que la science n'est pas à l'heure actuelle en mesure d'expliquer.
Une brillante carrière a mené le Britannique Peter Sturrock, né en 1924, du Cavendish Laboratory de Cambridge à l'université de Stanford, en passant par l'École normale supérieure de Paris, Harvard, le CERN, à Genève, et la NASA. Membre de sept académies, dont l'American Association for the Advancement of Science et la Royal Astronomical Society, il a reçu maintes distinctions. Il a fondé en 1982 la Society for Scientific Exploration, forte de cinq cents correspondants dans quarante pays."


A voir également...
Le GEPAN/SEPRA/GEIPAN     CRIDOVNI     RIAP     CEFAA     Le rapport COMETA      Les Associations Ufologiques     


Pourquoi les scientifiques ne s'intéressent pas aux OVNI ?      Où en est la recherche officielle     Les Déclarations     Le Problème des Preuves     Les Phénomènes Naturels     Les Debunkers     L'Histoire Officielle     Les OVNI dans l'Histoire    



Retour à la page sur les OVNI.
 



Sommaire     Les "news"     Les Hérétiques      Archéologie     Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    


Notes :

Liste des scientifiques du comité directeur :

  • Dr Peter A. Sturrock, professeur de physique appliquée à l'université Stanford.
  • Dr Thomas E. Holzer, de l'Observatoire Haute Altitude du Centre National de Recherche Atmosphérique de Boulder.
  • Dr Robert Jahn, professeur d'ingénierie aérospatiale à l'université Princeton.
  • Dr David E. Pritchard, professeur de physique à l'Institut Technologique du Massachusett, le M.I.T..
  • Dr Harold E. Puthoff, directeur de l'Institut des Sciences Avancées d'Austin.
  • Dr Yervant Terzian, professeur d'astronomie et président du département d'astronomie à l'université Cornell.
  • Dr Richard R. Tolbert, professeur d'astronomie à l'université de Virginie.
  • M. Henry Diamond, de Washington D.C..

Retour

Liste des scientifiques de la commission :

  • Dr R. Von Eshleman, professeur émérite d'ingéniérie électrique à l'université Stanford.
  • Dr Thomas E. Holzer, de l'Observatoire Haute Altitude du Centre National de Recherche Atmosphérique de Boulder.
  • Dr J. R. Jokipii, professeur d'astronomie et des sciences planétaires à l'université d'Arizona à Tucson.
  • Dr François Louange, directeur de "Fleximage" à Paris.
  • Dr H. J. Melosh, professeur des sciences planétaires à l'université d'Arizona à Tucson.
  • Dr James J. Papike, directeur de l'Institut des météorites et professeur des sciences planétaires et de la Terre à l'université du Nouveau Mexique à Albuquerque.
  • Dr Gunther Reitz, du Centre Aérospatial Allemand, Institut de médecine aérospatiale à Cologne.
  • Dr Richard R. Tolbert, professeur d'astronomie à l'université de Virginie.
  • Dr Bernard Veyret, du laboratoire de bioélectromagnétisme de l'université de Bordeaux.

Retour

Liste des scientifiques enquêteurs :

  • Dr Richard F. Haines, de Los Altos de Californie, pour les preuves photographiques et les anomalies d'avionique.
  • Dr Illobrand von Ludwiger, de Feldkirchen-Werterham, Allemagne, pour les preuves radar.
  • Dr Mark Rodeghier, du CUFOS de Chicago, pour les anomalies des moteurs automobiles.
  • M. John F. Shuessler, de Houston, pour les effets physiologiques sur les témoins.
  • Dr Erling Strand, d'Ostfeld, Norvège, pour les enregistrements vidéos et les données spectroscopiques.
  • Dr Michael D. Swords, professeur au département scientifique de l'université de l'Est Michigan, pour les anomalies gravitationnelles et inertielles.
  • Dr Jacques F. Vallée, astrophysicien et informaticien de San Francisco, pour les preuves matérielles et la luminosité.
  • M. Jean-Jacques Velasco, ingénieur au CNES de Toulouse, responsable du SEPRA, pour les événements radar, les traces au sol et les effets sur la végétation.

Retour



Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2010 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee wanadoo.fr