Mise à jour le 07/10/04
        

Quelques hérétiques en
sciences de la vie...


Hérétique


Hyppocrate

Tous les médecins prêtent le serment d' Hippocrate en mémoire du plus grand initiateur de la thérapeutique.
Pour Hippocrate, la maladie est un désordre physiologique de l'ensemble de l'organisme dépendant des réactions individuelles qui s'opposent aux influences du milieu naturel et des phénomènes cosmiques.

Selon sa conception, chaque malade devrait être traité par l'une de ces trois méthodes thérapeutiques :

  1. L'expectative qui laisse intervenir "mère nature".

  2. L'opposition qui utilise la loi des contraires et qui a donné naissance aux traitements allopathiques.

  3. L'aide qui utilise la loi des semblables et qui tombera dans l'oubli pour renaître plus de 2 000 ans plus tard en donnant naissance aux traitements homéopathiques.

Paracelse

C'est au XVIe siècle que Paracelse fera renaître la troisième voie d'Hyppocrate occultée par les conceptions des successeurs de Galien.

Hahnemann

A la fin du XVIIIe siècle Samuel Hahnemann, après de longues et patientes recherches et expérimentations sur l'homme sain, sera le véritable fondateur, 250 ans plus tard, de l'homéopathie.

Comme tous les précurseurs, il sera vivement critiqué et combattu par ses contemporains.
L'acharnement contre ses idées révolutionnaires sera tel qu'il obligera le ministre de la santé de l'époque ( Guizot ) à prendre personnellement sa défense à l'Académie de Médecine en déclarant :

"Hahnemann est un savant de grand mérite. La science doit être pour tous. Si l'homéopathie est une chimère sans valeur propre, elle tombera d'elle-même ; si au contraire elle est un progrès, elle se répandra malgré toutes les mesures de préservation et l'Académie doit le souhaiter avant tout autre, elle qui a la mission de faire avancer la science et d'encourager les découvertes."

Force est de constater que 200 ans plus tard, non seulement l'homéopathie existe toujours mais elle est, malgré tous ses détracteurs, en progression constante !

L'Homéopathie


La biologie est basée sur une conception mécaniste.
Par exemple, la molécule active d'un médicament agira par contact direct avec la cellule visée, comme une clé qui s'ajusterait dans la "serrure" pour lui transmettre un "signal moléculaire" afin de provoquer une réaction.
Mais jusqu'ici, aucun biologiste n'était capable d'expliquer en quoi consistait ce "signal moléculaire" à très courte portée.

Jacques Benveniste

Au milieu des années 80, un directeur de recherche à l'INSERM de Paris, M. Jacques Benveniste, observa des phénomènes inexplicables par les théories en cours.

Ce qui serait attendu des scientifiques dans cette situation, devrait être une déclaration du type : "Nous ne comprenons pas, cherchons !"
Mais nous avons eu droit à cette réaction : "Nous ne comprenons pas, donc c'est impossible !"

Ainsi, au lieu de se plonger à corps perdu dans ce nouveau domaine de recherche, la communauté scientifique, fidèle à son dogmatisme incurable, a préféré rejeter avec une rare violence, cette découverte impossible.

La réaction des hommes qui se disent savants a été à la mesure de l'importance de la découverte, qui est sans doute LA PLUS GRANDE de la fin du XXe siècle et qui restera dans les mémoires et dans l'histoire comme l'affaire de la mémoire de l'eau.
Il n'y a eu ni controverse ni débat, mais insultes et calomnies, le rejet fut total et quasi unanime.

Pour eux, accepter les expérimentations de M. Benveniste, cela revenait à remettre en cause tout ce que l'on avait construit et appris en plus de 200 ans dans les domaines de la physique et de la chimie, c'était le chaos ! Entre rejeter M. Benveniste et refaire tous les manuels, le choix fut facile.

Pourtant, l'hypothèse de la mémoire de l'eau, loin de tout balayer sur son passage, ne fait qu'ouvrir une porte vers un niveau supérieur d'organisation de la matière, tout comme la relativité d'Einstein était venue prolonger et affiner la mécanique céleste de Newton.

L'idée fondamentale de la mémoire de l'eau est que "dans certaines circonstances, l'information chimique contenue dans une molécule pourrait être émise par cette molécule et être propagée, voire stockée par des molécules d'eau".

Maintenant, l'heure n'est plus à la polémique. En janvier 2 000, plus de 16 laboratoires indépendants, répartis dans le monde entier, ont confirmé les expérimentations de M. Benveniste.
Nous sommes en train d'assister au basculement de la biologie mécanique vers la biologie digitale ou numérique telle que la nomme M. Benveniste.

Pourtant, il semble évident que les atomes et les molécules obéissent à la mécanique quantique, mais on veut les cantonner à la mécanique classique parce que c'est plus simple.

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès du professeur Jacques Benveniste, le dimanche 3 octobre 2004 à Paris à l'âge de 69 ans.

La Biologie Numérique

N'hésitez pas à visiter le site Internet de M. Jacques Benveniste : DigiBio


Ainsi, comme le suggèrent les expériences de M. Benveniste et de son équipe, les champs électromagnétiques auraient une action directe sur le vivant.
Mais, comme pour le nuage radioactif de Tchernobyl qui s'est arrêté à la frontière, les champs électromagnétiques alternatifs à basses fréquences n'agissent sur le vivant qu'à l'étranger.
E.D.F. et les scientifiques veillent, dormez en paix...
Une nouvelle affaire à suivre...


Un nouveau cas d'hérétique a récemment été porté à ma connaissance par M. Michel Correa, directeur de développement d'un laboratoire de recherches spécialisé dans le déterminisme du sexe chez les mammifères.
Le Dieu Hasard, si cher aux scientifiques est encore mis à mal et les effets prépondérants de l'électromagnétisme dans le vivant une fois de plus mis en évidence.

Je le cite :
"Après 14 années de travaux , nous avons commencé ( Juillet 97 ) à diffuser une technique permettant dans un premier temps de pouvoir choisir le sexe sur 3 espèces ( Bovin, Equin , Humain ).
Basée sur la mise en évidence d'un rythme biologique propre à l'ovule en absence de manipulations biologiques ou génétiques ou d'apport médicamenteux, nous obtenons 94,4 % de fiabilité ( Humain ).
Vérifiée par un expert de l'O.M.S pour les questions de Reproduction , hélas seule la France fait la fine bouche alors que nous sommes implantés dans 28 pays depuis 3 ans. Le Plus grand centre de Reproduction des USA vient d'agréer notre procédé baptisé SELNAS ( sélection Naturelle du Sexe ) afin de le diffuser aux couples américains".

Ainsi, un scientifique français, auteur d'une découverte majeure en biologie a dû s'exiler aux Etats-Unis pour obtenir la reconnaissances de ses travaux.
M. Patrick Schoun a repris et prolongé les travaux de deux scientifiques russes, Mme Schroeder et M. Koltzoff qui, dès 1933, avaient mis en évidence la polarisation des spermatozoïdes.
Après avoir vérifié que la membrane de l'ovule produisait également une polarité variable dans le temps, il est parvenu à une formule lui permettant de déterminer de façon précise les périodes de polarité négative et positive de la future mère.

Pour plus d'information, si vous parlez anglais, vous pouvez visiter les sites Internet en Angleterre RightBaby et aux USA SelNaS, ( en attendant le prochain site en français SelNaS ).


Ruppert Sheldrake

Si, en France, Messieurs Jacques Benveniste et Jean-Pierre Petit, sont les cibles privilégiées du sectarisme, dans les pays anglo-saxons une étape supplémentaire a été franchie dans le délire des intégristes contre M. Ruppert Sheldrake.

Ainsi Sir John Maddox, rédacteur en chef honoraire de la revue Nature, la bible des intégristes scientifiques, rédigea en 1981 un éditorial infâme sur l'ouvrage de M. Ruppert Sheldrake, "A New Science of Life", dans lequel il écrivit :
"Ce pamphlet exaspérant ... est le meilleur candidat depuis de nombreuses années pour être brûlé."
Puis, lors d'une émission télévisée sur la BBC, en 1994, il déclara :
"Sheldrake met en avant la magie plutôt que la science et cela mérite d'être condamné avec les termes mêmes utilisés par le Pape pour condamner Galilée et pour les mêmes raisons, c'est de l'hérésie !"

On se croirait revenu aux heures les plus sombres du moyen-âge, ce n'est pas un sorcier que l'on veut brûler mais bien un docteur en biochimie diplômé de l'Université de Cambridge.
Ainsi, la preuve est faite si besoin était, que ceux qui ont pour charge de diffuser auprès des scientifiques du monde entier les découvertes qui élargissent nos connaissances ne sont que des censeurs dogmatiques.

Heureusement cette censure est maintenant mise à mal grâce à Internet, espace de liberté dans lequel tous les hérétiques peuvent s'exprimer et grâce auquel leurs idées deviennent accessibles au plus grand nombre.

Les crimes de M. Ruppert Sheldrake sont nombreux ( ils seront développés dans de futures pages ), tant au niveau de ses hypothèses que de ses méthodes d'investigations.

A partir de phénomènes réels mais inexplicables par les paradigmes actuels de la science, il a élaboré une théorie complexe, qui certes, demande une étude approfondie pour être validée, mais qui semble prometteuse, en tout cas "elle semble tenir la route".

En simplifiant beaucoup :
Le tout est plus que la somme des parties. Il remet en cause également l'aspect purement mécanique de la biologie au profit d'une causalité formative à la base de la morphogenèse, la biochimie et la génétique n'intervenant qu'à posteriori.

Cette causalité formative s'exprimerait par les champs morphogénétiques.
Les champs morphiques façonneraient les atomes, les molécules, les cristaux, les organelles, les cellules, les tissus, les organes, les organismes, les sociétés, les écosystèmes, le système planétaire, le système solaire, la galaxie etc.

Dans cette complexité croissante, les champs morphogénétiques contiendraient une mémoire inhérente acquise par un processus de résonance morphique, composant la mémoire collective de chaque espèce ( idée émise par l'éminent psychologue suisse Carl Gustav Jung ).

Ainsi, le cerveau, trop petit pour contenir la mémoire, n'est pas un organe de stockage mais un organe de liaison avec la banque de données du champ morphogénétique dans laquelle se mêlent passé, présent et futur.

Toutes ces hypothèses sentent le soufre, car cela ressemble bigrement à "l'Akhasha" des orientaux et au Buuawuee Biaeii des Ummites !
Quelle hérésie de vouloir jeter un pont entre la science et l'ésotérisme, ou bien d'être amené à réfléchir sur le Ummo Sciences     .

De la même manière que la reconnaissance de la mémoire de l'eau est une reconnaissance implicite de l'homéopathie ( hérésie ! ), l'acceptation des hypothèses de M. Ruppert Sheldrake constitue une reconnaissance implicite des phénomènes paranormaux ( hérésie ! ), ou tout au moins une base d'étude de ces phénomènes à explorer.

Outre ses études en laboratoire, il a commis l'hérésie de faire participer à ses travaux les gens du peuple, ( ceux qui ne sont pas forcément diplômés et donc "inaptes" à toute réflexion et investigation ), afin de mettre en évidence par exemple, ce "lien télépathique" que beaucoup de propriétaires d'animaux familiers constatent dans leur vie de tous les jours.
Il propose ainsi à tous ceux qui le désirent un certain nombre d'expériences. Tous les détails sont sur son site en anglais et en allemand, mais pas encore en français.

Le site de M. Rupert Sheldrake


 

Dr J. Bousquet

Dans la lignée de M. Rupert Sheldrake, après avoir collaboré avec le mathématicien Emile Pinel notamment sur les Champs Morphiques, Mme Jacqueline Bousquet, Docteur ès Science, Biologie, Biophysique, Chercheur honoraire au C.N.R.S., propose une réorientation révolutionnaire de la recherche dans le domaine des Sciences de la Vie.
Ainsi, le Dr J. Bousquet et son équipe invitent non seulement tous les chercheurs mais également tous les simples curieux à les rejoindre dans leur quête :
Une nouvelle manière d'appréhender la Recherche pluridisciplinaire liant Art, Science et Tradition sur leur site ARSITRA.

  •  
    Science dans la lumière
    -- Jacqueline Bousquet ( ARSITRA )
    -- St Michel Editions.
  •  
    Au coeur du vivant
    -- Jacqueline Bousquet ( ARSITRA )
    -- St Michel Editions.
  •  
    Au coeur du vivant
    -- Jacqueline Bousquet et Sylvie Simon ( ARSITRA )
    -- Guy Trédaniel éditeur

  •  

    Il existe un domaine peu en vue, car considéré par certain comme mineur et qui pourtant nous concerne tous, maintenant, et qui constitue un enjeu majeur pour l'avenir de notre planète : c'est le traitement des déchets.
    "La loi d'épuration expérimentale TILLIÉ-TURCO bouleverse totalement les données, les moyens et les résultats actuellement connus en matière de traitement des eaux urbaines résiduaires, des eaux industrielles usées et de l'eau potable."
    Ces deux chercheurs sont à la recherche d'un soutien industriel pour la mise en oeuvre de leur découverte.

     


    ... à suivre ...


    Il existe de nombreux hérétiques...
    Que vous pouvez découvrir dans le livre de M. Pierre Lance...
    Savants Maudits, Chercheurs Exclus


    Voir les pages sur les Sciences de la Vie.


    D'autres hérétiques en :

    Archéologie     Paléontologie     Phénomènes parapsychologiques     Ufologie     Sciences de la Terre     Astronomie     Sciences physiques     Cryptozoologie    


    Retour à la page des Hérétiques

    Les hérétiques



    Sommaire     Les "news"     Archéologie     Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    


    Notes :

    Pour HIPPOCRATE ( 460-377 av. J.C. ) la maladie est un désordre physiologique de l'ensemble de l'organisme dépendant des réactions individuelles qui s'opposent aux influences du milieu naturel et des phénomènes cosmiques.

    Selon sa conception, chaque malade devrait être traité par l'une de ces trois méthodes thérapeutiques :

    1. L'expectative qui laisse intervenir "mère nature".
    2. L'opposition qui utilise la loi des contraires et qui a donné naissance aux traitements allopathiques.
    3. L'aide qui utilise la loi des semblables et qui tombera dans l'oubli pour renaître plus de 2 000 ans plus tard en donnant naissance aux traitements homéopathiques.

      retour


      PARACELSE ( 1493-1541 ) connaissait lui aussi cette dualité. Il soignait la diarrhée avec de l'ellébore (sachant très bien que l'ellébore peut provoquer la diarrhée). II donnait des doses très petites : la vingt-quatrième partie d'une goutte. L'homéopathie va beaucoup plus loin dans la dilution, et n'a pas conservé l'aspect ésotérique de l'ouvre de Paracelse.

      retour


      CHRISTIAN-SAMUEL HAHNEMANN ( 1755-1843 ) fut le véritable fondateur de la méthode homéopathique. Il redécouvrit en 1790 la loi de similitude en généralisant son utilisation. Il disait : « Que les semblables guérissent les semblables. ».
      Il s'aperçut dans un second temps qu'il suffisait de dilutions infinitésimales pour obtenir cette guérison. Il publia son livre fondamental, l'Organon de l'art de guérir, en 1810 en Allemagne. La première traduction française date de 1824. Hahnemann, né en Saxe, termina sa vie à Paris. Il est enterré au Père Lachaise
      .

      retour



      Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2010 All rights reserved Marc ANGEE,
      http://www.ldi5.com      email : marcogee wanadoo.fr