Mise à jour le 19/07/00
        

Les murs vitrifiés


Mur vitrifié


De l'Ecosse à la Hongrie, de la Norvège à la France, on trouve les vestiges d'enceintes vitrifiées.

L'âge de ces fortifications, le plus souvent seulement partiellement vitrifiées, est estimé entre 1 800 ans av. J.C. et 200 ans av. J.C. .

Pour fondre ces murs de granit il faut une température située entre 1100°c et 1300°c combinée avec un procédé de combustion lente.

Diverses théories ont été émises et certaines d'entre elles ont même été expérimentées ( sans succès probant jusqu'ici ).

La plus plausible d'entre elles émane du géologue Alain Ploquin suite à la mise à jour en 1988 d'un "murrus gallicus" à la cité d'Affrique.

La vitrification s'obtenait par calcination de pierres calcaires, de marne et d'argile à l'aide de fours situés en dessous et se détruisant pendant la combustion.
Cependant il ne semble pas que ce procédé soit applicable aux murs écossais.



Les Piles Electriques de Bagdad      La Machine d'Anticythère      Les Crânes de Cristal      Nanotechnologie      Glozel     Pierres gravées d'Ica      Les figurines d'Acambaro      Objets Volants      Les Cartes Antiques      La carte du créateur      Objets Fossiles      Métallurgie      Enigme de l'éclairage dans l'ancienne Egypte      Les Lampes Perpétuelles      Les cylindres de fer fossilisés     Les gaulois de l'an mille


Retour à la page sur l'Archéologie

Archéologie



Sommaire     Les "news"     Les Hérétiques      Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    


Notes :

Ecosse :
  • Craig Phoedrick.
  • L'Ord Hill of Kissock.
  • Craig Phoedrick.
  • Barry Hill.
  • Castle Spynie, dans l'Invernesshire.
  • Top-o-Noth, dans le comté d'Aberdeen.
  • Cairns de l'île Sanday ( Orcades ).
  • retour


France :
  • Allier :
    • enceinte de Bègues.
  • Cantal :
    • La Courbe, le château Gontier.
    • Mauriac, enceinte d'Escalier.
  • Corrèze :
    • Lamazière-basse, Hameau de la Gane.
    • St Privat, camp de Sermus.
  • Côte d'or :
    • Chambolle-Musigny, enceinte de Groniot.
    • Etaules, enceinte du Chevalet.
    • Flavignerot, enceinte du mont d'Afrique.
    • Gevrey-Chambertin, enceinte de Château Renard.
    • Messigny, enceinte de Roche Château.
    • Plombières les Dijon, enceinte du Bois Brûlé.
    • Val Suzon, enceinte du Châtelet.
    • Velars sur Ouche, enceinte de Notre-Dame d'Etang.
  • Côtes d'Armor :
    • Plédran, camp de Péran.
  • Charente :
    • Voeuil et Giget, camp des Anglais.
  • Creuse :
    • Château de Jarnagues.
    • Châteauvieux.
    • Ribandelle.
    • Ste Feyre, le puy de Gaudy.
    • St Georges-de-Nigremont.
    • Thauron, près de Bourganeuf.
  • Dordogne :
    • Périgueux, camp de la Boissière.
    • St Médard d'Excideuil, enceinte de Castel Sarrazin.
  • Haut-Rhin :
    • Hartmannswiller-Bleicher, enceinte du Hartmannsweillerkopf.
  • Loire :
    • St Alban les eaux, enceinte de Châtelux.
    • Villerest, château Vieux.
  • Mayenne :
    • St Jean de Mayenne, château Meignan.
    • Ste Suzanne.
  • Meurthe et Moselle :
  • Nièvre :
    • La Machine, cité de Barbarie.
  • Orne :
    • Argentan.
  • Vienne :
    • Quincay, camp de Céneret.
    • Thorus.

retour

La vitrification était souvent partielle :

  • en longueur, souvent elle semble avoir été effectuée par tranches d'environ 3 mètres.
  • en hauteur, quelquefois jusqu'à 1 mètre du sol, quelquefois seulement sur la partie supérieure du mur.
  • en profondeur, la vitrification peut être superficielle avec une épaisseur d'environ 2 centimètres, quelquefois seule la partie intérieure du mur est fondue ; enfin, soit les deux faces, soit seulement la face intérieure ou bien la face extérieure sont vitrifiées.

retour

Expériences :

  • En 1934 et en 1937, les archéologues Childe et Thorneycroft ont rebâti un "murus gallicus" ; 3 heures après l'embrasement des 4 tonnes de bois entassées contre le mur, celui-ci s'effondra mais on put constater la fusion des pierres.
  • En 1980, l'expérience fut renouvelée, en respectant cette fois les proportions d'un "murus gallicus ". Aucune fusion ne fut constatée et une fois les poutres brûlées, les pierres de l'édifice étaient très instables.

retour

Murus gallicus : Nom donné par Césarliv.VIII, chap.23 ) aux murs gaulois faits d'une alternance de pierres et de poutres de bois.

retour

Calcination :

  • Transformation du carbonate de calcium en chaux sous l'effet de la chaleur.
  • Traitement d'une substance par le feu.

retour

Marne : Roche sédimentaire argileuse très riche en calcaire, que l'on utilise pour amender les sols acides et pour fabriquer le ciment.

retour



Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2008 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee@wanadoo.fr


        

Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Unknown MySQL server host 'sql.ldi.com' (1) in /vhosts/l/d/ldi5/www/d/archeo/php/connexion.php on line 12
Désolé, connexion au serveur sql.ldi.com impossible